• Cantique à saint Colomban 2

    Saint-Colomban

    Patron de la ville de Locminé

     

     

    CANTIQUE II

     

     

     Saint Colomban chaplcomine

     

     

     

     Saint Colomban, du haut du ciel

    Veuillez écouter notre appel

    Enseignez-nous force et bonté

    Vertu, ferveur et sainteté.

     

    I. Il naquit près de l’Océan Et grandit en piété,

    Servant Dieu, redoutant Satan Préférant la mort au péché.

     

    II. Fuyant le monde et ses attraitsIl se rendit au monastère,

    Se rangeant parmi les parfaits Pour l’étude et pour la prière.

     

    III. Mais son cœur embrasé d’amour Le pousse à quitter l’Angleterre

    A choisir un autre séjour Et lutter sur une autre terre.

     

    IV. Par ses miracles merveilleux, Par sa parole magnifique,

    Il rendit les cœurs généreux; L’homme devint plus pacifique.

     

    V. Dans le beau pays de Luxeuil Il établit son ermitage

    Mais il lui fallut faire accueil À tous les gens du voisinage.

     

    VI. A son couvent Thierry, le roi, Epris de calme et solitude,

    Vint faire raviver sa Foi Et prendre meilleure habitude.

     

    VII. Dans sa colère, Brunehaut, Pour sauver son pouvoir précaire,

    Perdit son fils plein de défauts, Fit exiler le solitaire.

     

    VIII. Colomban, pris de désespoir, Voulut par Nantes s’en aller,

    Jusqu’en Irlande, et puis revoir Sa mer, ses bois et son clocher.

     

    IX. Chassé vers nous par l’ouragan, Le bateau revint au rivage

    Et renonçant à l’Océan Le moine reprit son voyage.

     

    X. Le roi Clothaire l’accueillit Plein de respect pour sa personne

    En retour Colomban prédit, Avant trois ans, sceptre et couronne.

     

    XI. En France, il chassa le Démon Tenant les gens sous son emprise

    En Suisse bravait le poison Avec une sainte maîtrise.

     

    XII. Passant les Alpes, Colomban, Pour réfuter les hérétiques

    Prit sa résidence à Milan Pour le bonheur des Catholiques.

     

    XIII. C’est à Bobio qu’il mourut La face et l’âme radieuses,

    C’est à Locminé qu’il lui plut De combler les âmes pieuses.

     

    XIV. Veuillez donner, Saint très puissant, Aux faibles d’esprit la clarté;

    A votre peuple confiant Dans le ciel la félicité.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :